01-01-2010 | Ref : 455 | 31714 |

Retour

Képi blanc a été créé en 1947

Le capitaine Hallo succéde au capitaine Gheysens et devient le deuxième rédacteur en chef de Képi blanc, de 1948 à 1951. Képi blanc a été créé en 1947.

Quelques jours avant Camerone 1947, le capitaine Gheysens présentait au colonel Gaultier, commandant le dépôt commun des régiments é trangers (DCRE), le premier exemplaire d'un journal qu'il définissait dans un éditorial mémorable: "On le prendra comme on le voudra mais, dans une certaine mesure, la terre tourne à l'ombre du Képi blanc. Un organe de liaison, un journal, si je puis employer ce mot pour une publication qui ne sera que mensuelle, un journal, donc, qui racontera à Tong ce qui se passe à Taroudant, à Ouargla ce que l'on pense au Ké, un journal qui permettra à toute la Légion de savoir ce qui se passe dans toute la Légion." Képi blanc est donc né le 30 avril 1947, au 3 de la rue Faurax, à Sidi-bel-Abbès en Algérie. Cependant, cette publication est loin d'avoir été la première.

 

La première revue dédiée aux légionnaires

Le 30 avril est une date phare pour la Légion étrangère. Les célé brations du combat de Camerone marquent la vie de la troupe et constituent un rendez-vous incontournable... et inmanquable! C'est ainsi que le 30 avril 1912 paraît un mensuel intitulé "La Légion étrangère". Organe officiel de la fédération des anciens légionnaires de France et des colonies. Ses bureaux sont sis à Paris et l'édition est financée uniquement par les abonnemnents. Cette revue de 24 pages était principalement consacrée aux articles à caractère historique. Une deuxième formule, plus riche, est éditée à partir de 1930, sise rue des 13 escliers à Marseille. >> La Légion étrangère, revue bimestrielle illustrée militaire et coloniale. Ici, l'exemplaire de mai-juin 1939. On remarquera la lettrine typique de l'entre-deux guerres. Vert et Rouge continuera d'exister jusqu'en 1959. L'innovation la plus marquante aura été l'apparition des photographies d'action.

 

Une revue de l'armée d'Afrique.

Au fur et à mesure de sa parution, le mensuel de la Légion étrangère ne se limite plus au seul lectorat légionnaire. Il renseigne sur la situation coloniale de l'Empire français. En juillet 1945, la revue change de titre et devient "Vert et Rouge". Dès 1948, "Vert et Rouge" dresse un point précis de la situation en Extrême-Orient au travers des reportages d'actualité rédigés par les correspondants des corps. C'est grâce à ce modus-operandi que l'on assiste à l'apparition des photographies d'action, prises sur le terrain, parfois au coeur des combats, par les légionnaires.La revue "Vert et Rouge" cesse de paraître en 1959.

 

La fusion des titres.

De nombreuses autres publications périodiques, éditées par les régiments s'ajoutaient à l'abondance de publications. C'est le cas notamment de "Sept flammes", de la 1re compagnie du 2e régiment étranger d'infanterie, et de "La Liaison", du 1er régiment étranger de cavalerie. Face à cette abondance de périodiques, le colonel Gaultier décide de créer un journal fusionnant tous ces supports. C'est ainsi que le 30 avril 1947, Képi blanc sort des presses. >> La rédaction et l'administration du journal avaient élu domicile au 3 de la rue Faurax à Sidi-bel-Abbès. Cette rue portait le nom d'un commandant de Légion tué au Dahomey en 1892. L'impression était assurée par l'imprimerie Roidot, place Carnot. En 1948, le journal était regroupé au quartier Viénot et doté de son propre matériel d'imprimerie : une Marinoni. Les rouleaux encreurs sont d'ailleurs pieusement conservés dans le hall du bâtiment de la rédaction à Aubagne. Peu de magazine peuvent s'enorgueillir d'avoir plus de 60 ans d'existence! La photographie d'action fait son appartition. Peu à peu, le journal évolue vers une formule "magazine".

 

Logos et formats.

Du 30 avril 1947 au 30 avril 1952, le logo de Képi blanc est noir et blanc, en lettres pleines, légèrement italiques. La queue du P déborde vers le bas. Le journal est en 16 pages recto-verso de format 29x43 cm. Le numéro 61 du 1er mai 1952 voit apparaître le logo tel que nous le connaissons aujourd'hui dans son graphisme général. En 1954, le format "news" est adopté pour le magazine. La couverture sera désormais constituée d'une photo couleur en pleine page et le logo se colorise. Le format change et passe en 24x31 cm. Il restera ainsi jusqu'en 1975. Le format 23x29 cm est adopté de mai 1975 à décembre 1994. Enfin, à partir du numéro 552 de janvier 1995, le format passe en A4 (21x29,7 cm), plus rationnel pour l'impression et l'expédition. En novembre 1995, l'emplacement du logo est définitivement fixé en haut à gauche. L'image pleine page est abandonnée au profit d'une fenêtre laissant apparaître le sujet principal du mois et une vignette, équilibrant l'ensemble, traite du second sujet principal. En mai 2001, Képi blanc s'externalisait. Victime de restructuration, l'impression, le façonnage et le routage étaient confiés à une société civile. Le magazine reste totalement rédigé et mis en page par les cadres et légionnaires de l'Institution.

 

Un magazine unique en son genre.

Ce mensuel de 80 pages couleurs est une véritable institution dans l'Institution qu'est la Légion é trangère.Lorsque "Kabé" sort, les unités recentrent leurs activités et leurs commentaires sur le contenu du magazine, les services font une pause... Nos abonnés vont des plus hautes autorités de l'Etat, membres du gouvernement, décideurs et états-majors, aux légionnaires d'active, anciens légionnaires, militaires Français et étrangers, sympathisants, et férus d'histoire. Képi blanc est distribué exclusivement sur abonnement dans 66 pays. Le site www.kbmagazine.com reprend l'esprit de la revue en vous proposant des articles parus dans ses pages, vous donnant un aperçu du contenu.

Le magazine est particulièrement apprécié des néophytes, pour lesquels il s'agit bien souvent d'un premier contact avec l'univers fascinant de la Légion. En accord avec l'Institution des invalides de la Légion étrangère, des reliures en cuir regroupant les magazine de l'année sont réalisables. De 1947 à 2010, une lente mais sûre évolution a transformé le journal en un magazine de qualité reconnu par l'ensemble de la presse militaire. Ce résultat est le travail d'une équipe exclusivement constituée de légionnaires.


 

Képi blanc