Des hommes de ferme vouloir

La célébration de Camerone est passée, laissant sa traînée de gloire derrière elle. Au-delà du faste sobre de la commémoration militaire, ce combat exemplaire nous entraîne bien plus loin que la simple évocation d'un affrontement de plus d'une campagne oubliée.

Camerone est une des nombreuses facettes, ou modalités de la guerre éternelle, dont l'habituelle sauvagerie semble avoir marqué une pause dans l'engagement opérationnel de nos troupes, aujourd'hui. Camerone, comme El Moungar, Diên-Biên-Phu ou Beni Smir, sont probablement des "tragédies exemplaires" car ce qu'elles comportent de plus exemplaire, c'est la démonstration de la force de volonté, une volonté bien trempée d'hommes résolus.

Cette résolution et cette solide exigence se retrouvent aujourd'hui dans l'action de nos tuteurs, insérés en Afghanistan, dans ce qui est désormais connu de nos lecteurs sous l'acronyme d'"OMLT". Instruisant, conseillant, guidant l'Armée nationale afghane, nos cadres et légionnaires vivent en direct et en permanence l'épreuve d'un engagement entier, auquel ils participent en allant au bout de leur rassurante présence, aux côtés de leurs partenaires.

Leur quotidien dangereux illustre notablement l'implication de ces hommes de ferme vouloir, qui crédibilisent leur action par l'exemplarité de leur comportement et le courage de leur investissement. Proches dans leur soutien et compréhensifs envers la population, patients dans leur tutorat, nos mentors, acteurs modernes d'une autre modalité
de combat, s'accrochent dur à leur volonté d'accomplir une délicate mission, sans recul et sans démission.

L'esprit de Camerone, finalement, ne passera jamais.

| Ref : 352 | Date : 03-06-2008 | 4971