Mon panier
Aucun article

Mot du redac'chef N° 754

Mot du redac'chef N° 754
À la fin de la guerre d'Algérie, le 26 octobre 1962, le monument aux Morts à Sidi Bel Abbès est démonté, puis reconstruit à Aubagne. Les légionnaires accomplissent alors un travail colossal dans le nouveau quartier du 1er Étranger. Ainsi, le monument est à nouveau érigé le 30 avril 1963, à l'occasion des cérémonies du centenaire du combat de Camerone, soulignant le nouveau départ que prenait la Légion étrangère dont ses unités étaient redéployées en métropole et en outre-mer.


Puis, un autre symbole sort de terre le 30 avril 1966, il s'agit du musée de la Légion, héritier de la salle d'honneur du 1er RE créée en 1892 à Sidi-bel-Abbès, dont la première dalle avait été posée en 1964 par Pierre Messmer, ministre des Armées.

Aujourd'hui, cet édifice prestigieux revoit le jour pour le cent cinquantenaire du combat de Camerone, avec l'inauguration de son extension, devenant ainsi le nouveau musée de la Légion.


Ce 150e anniversaire de Camerone est également marqué à la Maison mère par la présence de 11 groupements et détachements de Légion, avec à leur tête, les chefs de corps accompagnés des gardes aux drapeaux, étendards et fanions.

Trois figures de la Légion sont aussi mises à l'honneur pour remonter la voix sacrée : le général d'armée (2s) Michel Guignon, porteur de la main du capitaine Danjou, accompagné de l'adjudant (er) Berthod Vossler et du caporal-chef Sully Laplagne du 2e REI.

L'histoire de la Légion étrangère continue, avançant à son rythme immuable et légendaire, façonnée par les képis blancs.

 



Bonne lecture à tous.

Nous vous recommandons
L’administrateur du site est actuellement en ligne! Discuter