Mon panier
Aucun article

Mot du rédac'chef - KB n° 717

Mot du rédac'chef - KB n° 717

Chaque légionnaire attend Noël, avec la même envie de poser le fardeau, le temps d'une veillée, et de se laisser gagner par le même sentiment de retour sur soi. Noël, ou la fête qui rend à chacun son âme d'enfant, faite ce soir-là des dispositions les plus naturelles. Dispositions qui ne sont pas sans point commun avec l'enfant de la crèche.

La simplicité du légionnaire rejoint celle de l'Enfant : c'est simplement qu'il s'en est remis à l'Institution, qui l'accueille et l'accompagne au long de son parcours. Sans manière dans son expression, il a pris sa place au sein du groupe par une entrée qui se fait, elle aussi, sans bruit. Simple encore dans sa tenue qui ne comporte rien, hormis un képi blanc, dont le port suffit à indiquer son état, dont chaque élément supplémentaire arrivera en temps et en heure. Les rapports avec ses camarades sont eux aussi basiques. Ils se font au début, par gestes, puis avec quelques mots de français, difficiles à articuler, qui finissent, à force d'être ânonnés et répétés, par traduire ce qu'il veut finalement dire. Simple également dans son contact avec les autres, fait d'imitations, de coups d'oeil, d'approbations silencieuses.

Son humilité est celle de celui qui veut apprendre, et pour cela qui doit faire son apprentissage par les autres. Sa dépendance est plus une confiance dans l'autre qu'une sujétion de fait, un peu brutale. Confiance dans ce camarade qui lui transmet, lui montre et qui est toujours présent pour l'aider. Il a l'humilité de celui qui comprend que, bien qu'il soit sûr de ses acquis, il doit reprendre son chemin depuis le commencement et repartir de zéro. Sa vie d'homme lui a déjà enseigné beaucoup de choses, sa vie de légionnaire lui en apporte autant, à condition qu'il accepte d'être, cette fois, dans la peau de celui qui apprend ; et parfois, autant des autres que sur lui-même.

Une simplicité et une humilité qui le rendent plus tolérant, enfin, parce qu'aucun moment ne peut l'amener à être plus prompt au geste fraternel que lors de cette veillée de Noël, où il retrouve son âme d'enfant.

Bonne lecture à tous...

Nous vous recommandons
L’administrateur du site est actuellement en ligne! Discuter