Mon panier
Aucun article

Mot du rédac'chef - KB n° 719

Mot du rédac'chef - KB n° 719

Seule unité de Légion étrangère à porter une appellation du genre féminin, la 13 n'en est pas moins une "drôle de dame", particulière dès sa naissance et originale dans son histoire.

Unité créée pour les besoins de l'opération, elle résulte d'un amalgame de "Bel-Abbésiens" du Dépôt commun et du 1er REI et de "Marocains" des 2e, 3e et 4e REI. Une savante alchimie d'africains qui se préparent à intervenir au-delà du cercle polaire. Particulière, elle l'est aussi, dès sa conception, dans sa tenue, qui s'orne d'un couvre-chef inattendu : la 13e DBMLE porte le béret des troupes de la Ligne Maginot, en place du képi blanc ! Le chef de corps en a décidé ainsi, pour distinguer les légionnaires des Chasseurs, lors de la campagne de Norvège. Prenant ensuite une place particulière dans l'organigramme des forces, elle ne vit pas la drôle de guerre l'arme au pied mais est engagée immédiatement au combat, qui est aussi son baptême du feu. Douloureusement particulière, enfin, elle le devient en Angleterre, où la demi-brigade se déchire entre Français libres et volontaires au retour en AFN. Chacune de ses particularités principales vont être exacerbées par l'épreuve de cinq ans de guerre et par l'exil.

L'originalité de son histoire fait de la 13 une unité atypique, en perpétuelle recherche d'adaptation. Elle s'adapte à un recrutement coupé de la Maison mère et guidé par les circonstances, les difficultés ou les opportunités. La Demi-brigade démontre dans ce domaine une très forte capacité d'agrégation. Résolument inventive, elle s'accommode des origines et qualités diverses des matériels qu'on lui octroie : reliquats de stocks français, armes et engins britanniques, armement américains. De ces expérimentations, elle sait en tirer tous les applications tactiques (la mobilité par les Jocks columns, la puissance de feu par les dotations américaines) et les met opportunément à sa main. Les modifications, parfois profondes de ses structures (bataillonnaires, entre autres), les réorganisations régulières que l'unité subit l'amènent à adapter elle-même sa doctrine d'emploi, en fonction de chacun des théâtres d'engagement, notamment durant la Seconde Guerre mondiale.

La 13e DBLE, en souplesse, a toujours su s'adapter, conserver son originalité et ses traits de caractère particuliers. Sa configuration, entièrement interarmes et novatrice aujourd'hui atteste de l'esprit de modernité qu'elle cultive encore, More Majorum...

Bonne lecture à tous,

Le chef de bataillon Bertrand MOREL

Nous vous recommandons
L’administrateur du site est actuellement en ligne! Discuter